Les recruteurs encore irremplaçables face aux algorithmes

Le 11 Oct 2017

Toutes les entreprises ne peuvent se permettre de pratiquer le recrutement prédictif (comme vu précédemment); même si celles disposant de ressources suffisantes tentent d’évangéliser cette méthode. Il n’empêche qu’au jour d’aujourd’hui les algorithmes n’ont pas encore remplacé le discernement humain. Que les recruteurs se rassurent, ils ont encore quelques cartes à jouer face à l’avènement du recrutement prédictif.

entretien embauche candidats recruteurs

Si les algorithmes ont de beaux jours devant eux, d’autant qu’ils ne cesseront d’évoluer pour se perfectionner et assister toujours mieux l’homme dans ses tâches, ils ne doivent en aucun cas se substituer à lui, dont le rôle de garde-fou reste essentiel. Dans un avenir proche, on perçoit aisément les bénéfices de gain de temps, notamment pour les recrutements massifs de profils assez peu qualifiés, mais il est essentiel de ne pas glisser sous le tapis les questionnements stratégiques et éthiques qui se posent sur le plus long terme.

Chercher à prédire l’avenir pour se rassurer et prendre les bonnes décisions est une quête ancestrale et légitime de l’homme, mais n’est-ce pas l’imprévisible qui crée souvent une valeur inattendue et au final déterminante ? Non seulement une automatisation excessive des processus entraînerait des dysfonctionnements absurdes, certes en parallèle de réussites incontestables, mais elle nous dirigerait surtout vers une déshumanisation du recrutement, que personne ne souhaite.

La subjectivité des recruteurs est bénéfique

Le paradoxe de notre époque qui voit grandir les Intelligences Artificielles est que nous nous attachons toujours plus aux qualités humaines, celles qui permettent réellement aux hommes de travailler et d’avancer ensemble. La rencontre réelle lors d’un recrutement reste ainsi irremplaçable pour injecter une part de subjectivité, de sensibilité, de feeling, d’expérience et de bienveillance. De cela dépendra la capacité des nouvelles recrues à progresser en confiance et avec efficacité dans un monde du travail en pleine transformation.

Nous devons donc faire preuve de recul, à la fois sur la technologie dont la raison d’être demeure de nous servir et pas l’inverse, mais aussi sur nous-mêmes, humains imparfaits qui avons toujours utilisé de nouveaux outils pour continuer à progresser. Tout en restant vigilant et conscient de notre valeur inestimable, nous devons embrasser les révolutions digitales et leur promesse d’avenir, en acceptant que le métier de recruteur change et qu’il doit évoluer pour devenir toujours plus juste et pertinent. Alors, prêts à relever le challenge ?

Emmanuel Stanislas : Fondateur du cabinet de recrutement Clémentine.

Vous avez aimé : Les algorithmes ne remplacent pas encore les recruteurs ? Dans ce cas vous aimerez sûrement :
> Modéliser les données pour recruter objectivement
> Algorithmes prédictifs, stop à la discrimination à l’embauche
> BIG DATA : Faut-il craindre la puissance de la Data ?

Sinon vous pouvez :

> Consulter les offres d’emploi.
> Revenir aux articles.

DERNIERS ARTICLES

Rechercher des articles

CANDIDATS

CONFIEZ-NOUS VOTRE RECHERCHE