Quels sont les apports de l’intranet dans la communication d’entreprise ?

Le 2 Mar 2015

Publié le 02 mars 2015.

Agence web

L’intranet est un réseau informatique interne (d’une entreprise, d’une organisation) respectant les mêmes protocoles et la même architecture que le réseau Internet et destiné à faciliter la communication et le partage du travail entre les collaborateurs. Si telle est sa définition, comment impacte-t-il concrètement la productivité d’une entreprise ? Et quels sont les limites de l’intranet dans la communication interne ?

La productivité entrepreneuriale repose toujours sur l’information

Une organisation ou une entreprise fixe ses stratégies prospectives en se basant sur des informations. Ce sont surtout des informations fiables (statistiques de l’Insee, par exemple), précises (ne donnant lieu à aucun interprétation tiraillée) et pertinentes.

L’intranet permet aux différents services d’une entreprise de s’échanger des informations. Le partage du travail est beaucoup plus rapide, et les informations échangées sont celles dont les services destinataires ont besoin – c’est la pertinence évoquée ci-dessus.

Ainsi, aucun service n’est censé marcher en tâtonnant parce que justement, les malentendus sont gommés. Néanmoins, l’intranet ne fait jamais les choses tout seul. La précision, la fiabilité et la pertinence des informations partagées, cela demande du sérieux de la part des salariés.

Après, c’est toujours l’émetteur qui est responsable de préjudices causés par une information erronée et non celui qui s’en sert. Mais que les choses soient claires, l’intranet se heurte trop souvent à des difficultés de communication interne de l’entreprise.

L’organisation interne fait souvent obstacle à l’intranet

L’intranet se heurte aux cloisonnements que l’on observe dans pratiquement toutes les entreprises. Ces cloisonnements sont essentiellement liés au caractère confidentiel des informations traitées par certains services. Les limites de l’intranet ne font alors que refléter les problèmes de communication interne des entreprises.

Le service communication prévoit prochainement une nouvelle campagne publicitaire. Mais il veut d’abord connaître l’impact concret de la dernière en date. Sauf que les statistiques permettant de mesurer cet impact sont souvent confidentielles. Cela crée dès lors un cloisonnement entre le service communication et le service marketing.

Le service communication d’une entreprise mécanique prépare un communiqué de presse pour rassurer le public que les produits de son entreprise sont fiables. Le service communication a besoin d’établir un discours concret et crédible. Mais il risque de se heurter à une hiérarchie jalouse du secret de fabrique.

Enfin, dernier exemple : un service d’une agence de web offshore veut assurer que la création de site internet pas cher suit les protocoles informatiques requis en matière de développement web. Mais le service informatique risque très probablement de refuser de lui donner des informations autour du process interne de l’agence…

Ce genre d’obstacle freine considérablement l’efficacité d’autres outils de communication interne, à l’instar de Skype ou Google Drive. Au final, l’intranet n’exacerbe pas les probablement de communication interne. L’intranet ne fait que montrer au grand jour que les discours et les réalités concrètes sont deux choses bien différentes.

DERNIERS ARTICLES

Rechercher des articles

CANDIDATS

CONFIEZ-NOUS VOTRE RECHERCHE