Pour évoluer en interne, faites le savoir !

Le 20 Juil 2015

Par Sophie Girardeau, publié le 16 juillet 2015, Monster pour La Tribune.fr

C’est écrit dans les offres d’emploi : les entreprises attendent des collaborateurs « leaders », qui font « bouger les lignes », qui « emmènent la structure ». Le message est clair : il faut être moteur, de sa propre évolution aussi.

« Up or out » : dans les environnements hyper compétitifs, le ton est donné, on progresse ou on est débarqué. Plus généralement, « les entreprises attendent que leurs salariés aillent au-delà de ce qui leur est demandé, la transformation digitale pousse à cela ; elle ne concerne pas que le changement d’outillage mais aussi le changement de pratiques et d’usages, que ce soit dans les environnements high-tech ou traditionnels », explique Emmanuel Stanislas, fondateur du cabinet de recrutement Clémentine.

[…]

« Si on n’est pas candidat, on n’est pas élu »

Un « boss » va quitter ses fonctions, la compétition entre collègues est ouverte. Vous vous verriez bien lui succéder ? Il faut donc, selon Emmanuel Stanislas :

« sortir du bois, se dire désireux, disponible, se « marketer » ; si on n’est pas candidat, on n’est pas élu ; les entreprises ne veulent pas que l’ambition personnelle prenne le pas sur les réalisations, mais, dans un contexte de transformation digitale, l’ambition, conforme à ses capacités et à l’environnement, est appréciée. »

Lire l’article entier sur La Tribune.fr

Le dire de la bonne façon s’entend, et au bon moment, il ne s’agit pas de lorgner sur un nouveau poste après seulement six mois d’ancienneté dans ses fonctions. Les entretiens d’évaluation sont un moment opportun car ces temps d’échange permettent de s’extraire de la pression du calendrier opérationnel. De plus, avec l’obligation d’entretiens professionnels tous les deux ans, qui sera effective en 2016, l’entreprise va de plus en plus devoir rendre compte de l’évolution et du développement de l’employabilité de ses salariés.

[…]

Il faut mettre son employeur ou son manager face à une demande explicite : comment m’évaluez-vous ?, m’estimez-vous capable de prendre des responsabilités ?, m’accompagnerez-vous vers ces responsabilités ? Cela revient à « poser avec lui un contrat d’objectifs et de moyens », résume Emmanuel Stanislas.

« On peut obtenir un statut de haut potentiel comme le perdre »

Dans les entreprises les plus mûres en termes de « gestion des talents », la volonté d’évoluer est encouragée et accompagnée, « il faut être candidat à entrer dans un circuit d’évolution, on peut obtenir un statut de haut potentiel comme le perdre », poursuit-il.

[…]

Lire l’article entier sur La Tribune.fr

DERNIERS ARTICLES

Rechercher des articles

CANDIDATS

CONFIEZ-NOUS VOTRE RECHERCHE