Les MOOCs, nouvelle approche des compétences, innovation dans le recrutement

Le 12 Fév 2015

MoocFrancophoneLogo

Les MOOCs, cours en ligne ouverts à tous, rassemblent de plus en plus de personnes connectées qui se forment aux compétences qu’elles souhaitent acquérir. L’engouement pour ce nouvel outil de formation intéresse de prêt les entreprises et les recruteurs.

Vincent DATIN, Fondateur et responsable éditorial du portail web MOOC Francophone, mais aussi fondateur de l’agence web Solutions Locales, a répondu à nos questions…

Que souhaite apporter MOOC Francophone dans la formation professionnelle ? Quels avantages pour les profils techniques du web et de l’informatique ?

Mooc Francophone est avant tout un portail destiné aux cours en ligne ouverts à tous (MOOCs), en langue française. Nous référençons l’ensemble des MOOC (universités, grandes écoles et entreprises) de langue française, toutes plateformes confondues.

Le site a été crée en septembre 2013 à partir de quelques observations très simples : la difficulté de trouver le MOOC dont on a besoin sur le web et l’absence d’espace où les offres de cours sont mutualisées…

Aujourd’hui, même s’il reste perfectible, je pense qu’il répond en partie à cette mission d’information puisque le trafic moyen du site est de 60 000 visiteurs mensuels. L’ambition est pourtant d’aller encore plus loin en apportant des réponses concrètes à l’une des finalités des MOOC : l’employabilité.

En ce qui concerne les profils techniques du web et de l’informatique, ce sont le plus souvent des personnes autonomes dans leur formation depuis un certain temps. Ils n’ont pas attendu les MOOC pour former leurs propres communautés d’apprentissages. Certains cours peuvent favoriser l’apprentissage d’un nouveau langage de programmation par exemple, mais ce sont le plus souvent des MOOCs introductifs.

Pensez-vous pouvoir proposer à chaque internaute la formation qui lui correspond ?

MOOC Francophone est un annuaire. Nous n’organisons aucun cours. Chaque descriptif de MOOC renvoie directement vers la page de l’organisateur.

Il est important aujourd’hui de développer une plus grande diversité des MOOC. Les mêmes thématiques reviennent trop souvent et ne correspondent pas nécessairement aux besoins exprimés par les apprenants ou participants, ni aux compétences clés de demain. L’offre MOOC devrait évoluer vers un apprentissage par les flux, adapté aux nouveaux rythmes d’organisations, aux changements rapides des connaissances, à l’intégration des modes culturelles et linguistiques… En clair, une réponse adaptée à la mutation de notre société.

Aujourd’hui, les concepteurs n’ont pas une vision globale de l’offre MOOC et certains sont purement dans une logique d’expérimentation pédagogique. Les participants ou apprenants à un MOOC ont besoin d’un fil conducteur pour construire un apprentissage cohérent, mais aussi de hacker ces mêmes fils pour dépasser les concepts abordés, créer leur propre « assemblage » et exercer leur pensée critique. Sans cette nécessaire diversité, ils se tourneront vers d’autres formats de cours.

Pensez-vous qu’il soit pertinent de suivre les étudiants du web, et de leur proposer un poste à l’issue de leurs MOOCs ?

A terme, je pense qu’ils seront d’excellents outils de recrutement pour une approche par compétences, dépassant ainsi les seuls critères du diplôme dans un processus de recutement.

Il faudra cependant pour les RH mettre en place un sourcing adapté aux MOOCs, basé sur les compétences comportementales d’un candidat et son adaptabilité à des situations complexes dans un contexte professionnel. Les plateformes de MOOC ne permettent pas actuellement une évaluation simple et opérationnelle des candidats, seulement des outils de tracking sur les quiz et la participation aux forums.

Est-il important que les MOOCs soient gratuits ? Comment assurer la qualité des cours en ligne et leurs certifications ?

Dans une logique de démocratisation du savoir, il est indispensable que les cours restent gratuits. Le partage du savoir est encore loin d’être une réalité même si nous avons tous à y gagner. Dans une logique de pérennité, le business model reste encore à trouver. La principale erreur est certainement de vouloir rechercher un ROI immédiat pour un MOOC. Certains cours sont gratuits avec une partie optionnelle payante (le plus souvent la certification). D’autres pistes mériteraient d’être creusées autour de l’engagement et la participation des candidats… Une formule du type « Je vote pour le MOOC de mon choix, je participe à son financement par une opération de crowdfunding avec contreparties… »

En ce qui concerne la qualité des cours, elle reste difficile à évaluer puisque les attentes des participants sont toutes très différentes. Chacun se fait une représentation de ce qu’est la qualité et celle-ci est très souvent erronée. L’essentiel est de ne pas figer la créativité des MOOCs dans un processus normé entre qualification et certification. Il faut préserver un modèle en lien avec l’esprit du partage, l’intelligence collective en échappant à toute forme de standardisation.

Croyez-vous que les MOOCs sont une solution efficace dans l’évolution professionnelle et la reconversion de carrière ?

Pour actualiser des compétences ou acquérir des compétences transversales, les MOOCs sont des outils remarquables. Ils se positionnent en complément des formations existantes et expériences déjà acquises. Leur flexibilité fait qu’ils peuvent parfaitement s’intégrer dans l’organisation d’une entreprise sans nuire à sa productivité. Reste que les managers devront planifier les MOOCs comme un temps de formation pour leurs collaborateurs.

Pour vous, les MOOCs représentent t’ils la forme aboutie de la formation sur le web ? Quelles évolutions préconisez-vous dans la formation sur internet ?

A l’heure actuelle, je ne pense pas que quiconque possède l’expertise nécessaire pour se lancer dans des préconisations. Le phénomène des MOOCs est encore trop récent et le recul manque pour se lancer dans des spéculations sérieuses. Une seule certitude, l’essor des MOOCs a contribué à donner enfin une image positive de l’enseignement et de la formation.

Le format actuel du MOOC est certainement différent de celui qui s’imposera à l’avenir. On commence à bien cerner ce qui ne marche pas mais beaucoup moins ce qui fonctionne. L‘essentiel est que chaque acteur puisse apporter sa pierre à l’édifice et faire avancer les MOOCs en cohérence avec les besoins et objectifs des participants.

Retrouvez tous les MOOCs en langue française sur MOOC Francophone !

DERNIERS ARTICLES

Rechercher des articles

CANDIDATS

CONFIEZ-NOUS VOTRE RECHERCHE