Le CDI de projet, c’est quoi ? Réforme du Code du Travail

Le 19 Juil 2017

Le CDI de projet, cette réforme du code du travail qu’on ne comprend pas bien. Les députés viennent tout juste de donner leur accord pour l’application de la réforme du droit du travail. Réforme toutefois mal comprise par certains. On évoquerait même l’idée d’un « coup d’état social » ce qui est suffisant pour semer le trouble parmi les français. Finalement ne tenterait-on pas de leur imposer de nouvelles mesures restrictives cachées sous une nouvelle réforme ?

Mi CDI mi CDD, le CDI de projet est un compromis entre les deux formes de contrats. Si cette réforme peut en surprendre plus d’un, elle n’étonne pas tellement les employés du BTP. En effet, habitués depuis longtemps à ce type de contrat, le CDI de projet ne les effraie pas.

Si vous pensez que cette réforme est simplement venue compliquer le code du Travail, vous faites erreur. Sachez qu’elle est, au contraire, venue le simplifier et présente de nombreux avantages.

Aussi, c’est à ce sujet qu’Emmanuel Stanislas, fondateur du cabinet de recrutement Web et IT Clémentine, prend la parole pour le magazine les Echos et vous éclaire sur le sujet.

cdi de projet

le 18 juillet 2017,

Le nouveau contrat de travail qu’envisage de faire passer le Président Macron ne sert pas seulement les patrons en recherche de flexibilité, c’est aussi une réponse à la mutation du marché de l’emploi et une direction donnée aux salariés en quête de sens.

Les députés viennent de donner leur feu vert au gouvernement d’Edouard Philippe pour la fameuse réforme du Code du travail espérée de longue date par le patronat, Medef en tête, et redoutée par les syndicats et l’extrême gauche brandissant le livre sacré à bout de bras.

Dans ce projet de loi porté par la ministre du Travail Muriel Pénicaud, le point qui cristallise toutes les attentions est le CDI de projet, une généralisation du CDI de chantier bien connu dans le BTP. Un compromis entre CDI et CDD dont l’objectif est de favoriser la flexibilité de l’embauche et du licenciement, en se basant sur les projets de l’entreprise, donc sur ses besoins réels.

Coller au monde d’aujourd’hui

Le monde a changé en 30 ans, mais le CDI et le CDD sont restés les mêmes, rigides, ni l’un ni l’autre ne convenant réellement aux entreprises d’aujourd’hui. Les gouvernements successifs ont mis en place des palliatifs, un exemple récent étant la rupture conventionnelle qui remporte un vif succès, libérant plus facilement patrons et salariés prisonniers du carcan strict et figé du CDI, et rééquilibrant leur rapport de force.

Comme il parait impensable de briser d’un seul coup ce sacro-saint CDI, il est donc nécessaire de passer par un nouveau palliatif faisant évoluer la situation progressivement. Le CDI de projet n’est peut-être pas la réponse idéale à tous les secteurs, d’où les négociations prévues par branche, mais dans la nouvelle économie du numérique, des services innovants, des start-up, des « Millenials » et des cadres supérieurs cherchant un sens à leur travail, cette idée de nouveau CDI est plus que bienvenue, elle sonne comme une évidence.

Le CDI de projet pour multiplier les projets et garantir leur réussite

Les start-up, et de manière plus globale les entreprises du numérique, ne sauraient être représentatives de l’ensemble de l’emploi en France, c’est certain, mais font tout de même figure de modèles avant-gardistes tournés vers l’avenir, que nous pouvons prendre comme exemple.

Dans ces entreprises du numérique et de l’IT (technologies de l’information), le travail est de plus en plus organisé en mode projet avec un objectif précis, une durée plus ou moins définie et la constitution d’une équipe où chacun a son rôle à jouer. Le CDI de projet prend tout son sens dans ce type de contexte où la flexibilité est primordiale pour multiplier les projets et garantir leur réussite.

Un projet pour donner du sens à son travail

Si l’on se positionne du côté du salarié, on constate que de plus en plus de cadres et de jeunes diplômés souhaitent désormais s’engager davantage sur des missions que dans une entreprise dans son ensemble. Ils recherchent avant tout une aventure humaine à la vision claire et motivante. Dans CDI de projet, le terme clé est « projet », évocateur de construction positive.

L’ouverture récente de Station F, le plus grand incubateur du monde aux 1.000 start-ups ne nous montre-t-elle pas l’adhésion de milliers de jeunes entrepreneurs au concept de CDI de projet ? Le deal est clair : travailler un temps indéterminé à la réussite de la start-up ou passer à autre chose si le projet échoue.

Le CDI classique est-il donc devenu obsolète et dépassé ?

Il concerne aujourd’hui 75 % des personnes occupant un emploi, en légère baisse depuis 10 ans. Mais qu’en sera-t-il dans 10 ans ?

Les travailleurs indépendants ont de leur côté le vent en poupe ( +120 % en 10 ans ) et ne fonctionnent déjà qu’en mode projet avec des clients qui recherchent cette flexibilité via une multitude de nouvelles plateformes de mise en relation avec des freelances.

Les syndicats et politiques qui se dressent en évoquant un « coup d’état social » en parlant du CDI de projet ne seraient-ils pas en train de s’opposer au sens de l’histoire, aux signes clairs d’une société du travail en pleine mutation, qui cassent le schéma de la dépendance envers le salaire donné par l’employeur que l’on déteste (parfois/souvent) ?

De plus en plus de travailleurs commencent à comprendre que leur revenu ne doit pas dépendre que du bon vouloir de leur employeur, mais de leur faculté à se positionner sur le marché avec leur valeur ajoutée, pour déplacer la situation vers une interdépendance.

La fin d’un projet n’est pas synonyme d’échec

Quitter son entreprise avec le sentiment du devoir accompli et une belle expérience en poche pour partir en quête d’une nouvelle mission motivante dans une autre société, soutenu par des indemnités de chômage légitimes : voici une nouvelle façon d’appréhender l’évolution de sa carrière avec le CDI de projet.

Le salarié est libre, il peut aussi faire le choix de rester dans l’entreprise si celle-ci lui propose un nouveau projet intéressant dans le cadre de la priorité à la réembauche, à un salaire renégocié compte tenu de l’expérience acquise sur la précédente mission. Le salarié reprend du pouvoir et du contrôle sur sa carrière, à charge de l’entreprise d’accompagner son évolution, à travers son service RH ou des prestataires spécialisés.

Un changement de mentalité qui passe par l’acceptation qu’un CDI de projet arrivé à son terme n’est pas un échec, mais souvent une réussite : si l’entreprise n’a plus besoin du salarié, c’est qu’il a a priori accompli sa mission.[…] Lire la suite.

Emmanuel Stanislas / fondateur du cabinet de conseil en recrutement Clémentine.

Vous avez aimé l’article : Le CDI de projet, c’est quoi ? Réforme du Code du Travail ? N’hestiez pas à nous écrire et à partager vos coups de cœur :).

>Revenir aux articles
>Lire aussi : Travailler dans une start-up ou dans une grande entreprise ?

DERNIERS ARTICLES

Rechercher des articles

CANDIDATS

CONFIEZ-NOUS VOTRE RECHERCHE