La fin de Pôle Emploi ?

Le 2 Avr 2015

Par Edouard Laugier, publié le 02 avril sur lenouveleconomiste.fr.

L’opérateur public échoue là où les alternatives privées réussissent.

Déception sur le front du chômage. Depuis le mois de février dernier, la métropole compte 30 400 demandeurs d’emplois supplémentaires, portant à plus de 5,2 millions le nombre d’individus tenus de chercher un travail. Malgré un début de reprise économique qui devrait se traduire par une croissance de 1% cette année, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle Emploi est donc reparti à la hausse. Pire, le retournement n’est pas pour tout de suite. Dans sa dernière note de conjoncture, l’Insee ne se faisait pas d’illusion : d’ici le mois de juin prochain, le taux de chômage devrait encore grimper de 0,2 point à 10,6% de la population active.

[…]

La vision “d’opérateur universel de l’emploi”

L’établissement public administratif est né fin 2008 par fusion de l’ANPE, en charge de l’accompagnement et du placement des demandeurs, et des Assedic, en charge de l’indemnisation des chômeurs et du recouvrement des cotisations. Six ans après, il affiche encore les stigmates d’une réforme à risques. La fusion a terriblement coûté à l’institution comme à l’ensemble du personnel. En témoigne d’ailleurs la multiplication des “plans stratégiques” de la direction visant à remettre sur les rails une entreprise sans repères. Charge à l’inspecteur des Finances Jean Bassères de trouver les bons réglages.

La réforme de 2008 avait pour objectif de dynamiser la recherche d’emploi. Échec. Pas difficile à comprendre : comment en effet imaginer qu’une structure centralisée, à l’image des administrations de l’État, puisse faire preuve de dynamisme et d’agilité concernant les problématiques d’emploi des chômeurs et de recrutement des entreprises ? “Les organisations de type ‘paquebot centralisé’ ne sont plus adaptées aux problématiques du marché de l’emploi”, tranche Hervé Chapron.

[…]

L’erreur originelle de 2008

La vision d’opérateur universel de l’emploi datant de 2008 est passée par une fusion des structures – ANPE et Assedic – mais aussi des métiers. Erreur : indemniser est un métier très différent de celui de conseiller. Résultat : outre la montée en puissance des frustrations en interne, d’importantes déperditions de compétences se sont produites. Pour Julien André, directeur de l’emploi chez Vivastreet, “un des problèmes majeurs de l’ex-ANPE concerne l’emploi du temps des conseillers. En moyenne, un conseiller suit 120 personnes et il ne consacre que 20 % de son temps à l’accompagnement !”.

[…]

“La population en charge de conseiller et d’accompagner individuellement les demandeurs d’emploi n’est pas toujours compétente dans tous les métiers”, constate Emmanuel Stanislas, fondateur du cabinet de recrutement Clémentine. Le consultant connaît bien le service public qui a fait appel à lui en 2009 pour recruter des spécialistes de l’informatique !

Le numérique à petit pas

Conformément au plan de Thierry Mandon, le secrétaire d’État à la Réforme de l’État et à la Simplification, Pôle Emploi s’est lancé dans un vaste chantier de développement de services “100 % Web”. Prendre le virage du digital est indispensable. Il était temps. Selon le Credoc, 80 % des chômeurs ont utilisé Internet dans leurs recherches en 2014. Sur le front du numérique, la concurrence est dure.

[…]

( Lire l’article entier sur lenouveleconomiste.fr ).

DERNIERS ARTICLES

Rechercher des articles

CANDIDATS

CONFIEZ-NOUS VOTRE RECHERCHE