[Employabilité] 71% des professionnels se plaignent de manquer de temps

Le 18 Juin 2018

L’Employabilité, véritable sujet d’envergure. #Employabilité

Le management a changé ce qui signifie que les méthodes de travail d’il y a dix ans ne sont plus d’actualité. Alors comment rester en phase avec l’activité de l’entreprise et ses mutations quand la transformation de ces dernières reste intense ? C’est la question posée par Emmanuel Stanislas, fondateur du cabinet Clémentine.

employabilité manque de temps

Les compétences les plus recherchées aujourd’hui finiront, elles-aussi, par vieillir et/ou devenir simplement inadaptées aux nouvelles exigences professionnelles. L’accélération de la transformation des organisations le prouve : savoir se préparer à prendre des virages importants s’avère essentiel. En effet, si en 2017, le délai pour trouver un emploi n’a jamais été aussi court pour les jeunes diplômés (il est de 8 semaines), pour des professionnels expérimentés, la perspective peut s’avérer moins souriante. Aussi aura-t-on tout à gagner en cultivant une employabilité maximale pour s’accorder au devenir de son activité. Quels réflexes acquérir et dans quels pièges ne pas tomber ?

Ne pas attendre pour observer et apprendre

S’il est vrai qu’on ne devient pas ‘has been” en un jour, se transformer soi est aussi une question de durée. Cela implique donc de se questionner régulièrement sur le devenir de son activité. Se demander ce qui a changé dans le marché, chez les clients, chez les concurrents, à l’intérieur de l’organisation même, etc.

Il ne faut pas attendre que les années passent pour adopter les bons réflexes de “veille?”. Les abonnements aux newsletters, la visite des salons, les participations aux workshops et conférences, ne sont pas encore pleinement identifiés comme faisant partie d’une “routine” professionnelle, et c’est regrettable. L’erreur la plus fréquente aujourd’hui est sans doute de s’imaginer que ce travail de questionnement serait uniquement l’affaire de l’employeur et de la RH, (ou plus généralement de la société), bref, l’affaire… de quelqu’un d’autre ?!

Des moyens de plus en plus accessibles

De fait, il sera de plus en plus difficile pour trouver des excuses à ne pas s’informer : s’il était encore difficile dans le passé d’accéder à certaines informations (distance, complexité, périodicité), jamais elles n’auront été aussi disponibles. Un keynote à San Francisco vous intéresse : il sera retransmis en ligne et vous pourrez y assister ; plus besoin d’être à Paris pour découvrir l’essentiel des nouveautés : conférences, tables rondes, rencontres, etc. Beaucoup sont (la plupart du temps) accessibles en ligne (en live et en replay), voire gratuitement. Il est possible d’obtenir l’avis de professionnels venant du monde entier, de suivre les tendances, de prendre l’air du temps. C’est encore sans compter sur les réseaux sociaux, qui fournissent aussi quantité de feed-back, réflexions, remarques et avis, diffusés par des pairs.

L’ employabilité : des enjeux d’échange et de partage

Porter un regard sur son activité, c’est aussi porter un regard sur soi: demander régulièrement des feedbacks internes, de la part des managers, des collègues, comme des partenaires n’est pas un luxe inutile. Faire le point, se mesurer aux attentes du marché, effectuer un bilan de compétences, et pourquoi pas, des échanges avec les recruteurs du secteur où l’on évolue. Suis-je capable de faire telle chose ? Ai-je envie de le faire ? Quel plaisir puis-je y trouver et pourquoi ? S’assurer de son employabilité, c’est aussi, d’une certaine façon tester sa capacité de séduction. Cette autre façon de prendre soin de soi ne doit pas être un impératif contraignant, mais l’occasion de gagner, à terme, en bien-être au travail.

C’est ainsi que de nombreux professionnels, tous secteurs confondus, n’hésitent plus aujourd’hui à demander, (voire à s’offrir) des formations à la prise de parole en public, à la communication non violente, etc. Leur objectif : ne pas perdre de vue l’évolution des modes d’échange professionnel (plus de communications skype, de vidéo-conférences, de prises de parole, etc.), et des nouvelles méthodes de travail et de management.

Une démarche permanente à intégrer à l’activité

On ne le dira jamais assez. L’employabilité, ce sont avant tout des réflexes et des habitudes prises, bien plus que des efforts ponctuels ou des “remises à jour” radicales. C’est précisément là que se situe le piège car nous sommes plus coutumiers de l’opération exceptionnelle que de la démarche permanente ! Or, on ne se transforme pas en un jour, mais dans la continuité.

L’employabilité n’est donc pas uniquement une affaire de dispositifs légaux, d’accompagnement dans la recherche d’emploi ou de responsabilité de l’employeur. C’est aussi l’affaire de chacun ! Cependant, face au “tout accessible”, se pose encore la question du temps consacré à se tenir informé des dernières évolutions. Jusqu’à quel point est-ce aujourd’hui possible ? 71% des professionnels se plaignent de manquer de temps. On peut se demander si un véritable temps de “veille” au travail, ne mériterait pas d’être négocié avec l’employeur. Ceci en complément des plans de formation occasionnels.

Vous pouvez également retrouver cet article sur l’Usine Nouvelle.

L’article : Employabilité 71% des professionnels se plaignent de manquer de temps, vous a plus ? Dans ce cas vous aimerez sûrement :

> Comment bien cultiver son employabilité ?
> Le confort au travail comme outil de producitivité

Sinon vous pouvez :

> Consulter les offres d’emploi.
> Revenir aux articles.

DERNIERS ARTICLES

Rechercher des articles

CANDIDATS

CONFIEZ-NOUS VOTRE RECHERCHE